Archives pour la catégorie ‘Animaux’

Nommer les animaux exotiques de Baybars, d’Orient en Occident

Mercredi, septembre, 2013

Cantigas de Santa Maria, Cantiga 29 © Madrid, Bibl. de l’Escorial, T.j.I.

Cantigas de Santa Maria, Cantiga 29 © Madrid, Bibl. de l’Escorial, T.j.I.

Les cadeaux diplomatiques d’animaux exotiques au XIIIe siècle autour de la Méditerranée ont eu une influence essentielle sur les savoirs zoologiques et la dénomination d’espèces rares et exotiques. Le sultan Baybars, né en 1233, a fait un usage intensif de cette diplomatie animalière, envoyant des animaux exotiques en Espagne, Sicile, Byzance, etc. L’article étudie la réception de ces animaux dans ces régions, à travers les études de cas de la girafe, de l’éléphant et du zèbre.

Télécharger l’article sur HalSHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00857902

Référence : « Nommer les animaux exotiques de Baybars, d’Orient en Occident », dans Müller C. et Roiland M. (éd.), Les non-dits du nom. Onomastique et documents en terres d’Islam. Mélanges offerts à Jacqueline Sublet, Beyrouth, Presses de l’Ifpo – IRHT, 2013 (PIFD 267), p. 375-402.

Preventing “Monkey Business”. Fettered Apes in the Middle Ages

Mercredi, juin, 2013

Two apes with red collars, chains and belts. Detail from Gentile da Fabriano, Adoration of the Magi, 1423. Tempera on wood. 173 × 200 cm. Florence, Offices, Inv. 1890 n. 8364.

Two apes with red collars, chains and belts. Detail from Gentile da Fabriano, Adoration of the Magi, 1423. Tempera on wood. 173 × 200 cm. Florence, Offices, Inv. 1890 n. 8364.

A new blog post on the new blog Medieval Animal data Network (http://mad.hypotheses.org)

Preventing “Monkey Business”. Fettered Apes in the Middle Ages (http://mad.hypotheses.org/37)

The practice of keeping monkeys and apes in captivity during the Middle Ages, mainly as pets, is well known. Janson, in his classical study, Apes and Ape lore in the Middle Ages and the Renaissance (Janson 1952), dedicates a chapter to this topic (“The Fettered Ape”, chap. V, p. 145-162). He has a symbolic approach (“captive ape as a symbolic figure”, p. 145) and a study on the iconography of these fettered apes. His book is not dedicated to the material culture or to the study of the presence of apes in medieval menageries or as pets. This short paper aims to give some examples of the material aspects of keeping and controlling tamed but still savage animals, to prevent them from creating a mess in the home…

Read more at http://mad.hypotheses.org/37

Les couloirs de la mort. Battues et enclos de chasse de la Perse à l’Espagne

Mardi, juin, 2012

Batista Martinez del Mazo Juan, Chasse à Aranjuez (détail)

Batista Martinez del Mazo Juan, Chasse à Aranjuez (détail)

Dans un article consacré aux parcs de chasse à l’époque abbasside paru début 2012 dans la  Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, Chloé Capel émet l’hypothèse que certains des jardins de la ville califale de Sāmarrāʾ auraient pu être des enclos de chasse saisonniers, à exploitation non permanente, dans lesquels le gibier pouvait être regroupé ponctuellement. Al-Ṭiqṭaqā décrit une méthode de battue à « l’entonnoir », permettant d’enfermer des animaux dans un enclos fixe, formé d’une muraille de plusieurs kilomètres de long, que fit bâtir, dans la région de Samarra, sur la rive gauche du Tigre, le calife abbasside al-Muʿtaṣim : (…) Lire la suite ››

La chasse au guépard et au lynx en Syrie et en Irak au Moyen Âge

Mercredi, février, 2012

Chasse à cheval, avec guépard assis derrière le cavalier. Aiguière Blacas (détail), vers 1232, Irak, Mossoul. British Museum, ME OA 1866.12-29.61

Chasse à cheval, avec guépard assis derrière le cavalier. Aiguière Blacas (détail), vers 1232, Irak, Mossoul. British Museum, ME OA 1866.12-29.61

Comme nous l’avons vu dans un précédent billet (« Chasser lions et panthères en Syrie au Moyen Âge »), le guépard était à l’époque encore présent à l’état sauvage au Proche-Orient. On trouvait des guépards sur la côte, notamment dans la région d’Antioche et dans le nord de la Syrie médiévale, dans les déserts de l’actuelle Jordanie et dans ceux situés à l’ouest de l’Euphrate (région de la Samāwa). Le billet présente les techniques de chasse au guépard et au lynx dans ces régions à partir de témoignages des XIIe et XIVe siècles.

Lire le billet sur Les Carnets de l’Ifpo : http://ifpo.hypotheses.org/1916

Parution : La bête captive au Moyen Âge et à l’époque moderne

Lundi, janvier, 2012

Couverture du livre La Bête captive

Couverture du livre La Bête captive

Parution des Actes des deuxièmes rencontres internationales « Des bêtes et des hommes » (Valenciennes, 8-9 novembre 2007), aux éditions Encrage. Avec une contribution personnelle sur la girafe :

Buquet, Thierry, « La belle captive. La girafe dans les ménageries princières au Moyen Âge », dans La bête captive au Moyen Âge et à l’époque moderne (Actes des deuxièmes rencontres internationales « Des bêtes et des hommes » Valenciennes, 8-9 novembre 2007), Corinne Beck et Fabrice Guizard-Duchamp, éds, Amiens, Encrage, 2012 (Encrage université. Coll. Générale), p. 65-90. ISBN : 978-2-36058-026-2

Mise à jour (27/2/2012) article disponible en ligne (version auteur déposée sur Hal)  http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00664537

Résumé de l’article

La communication fait le point sur la présence de la girafe dans les ménageries princières européennes au XIIIe et XVe siècles. Cet animal rare n’avait plus été vu en Europe depuis l’Antiquité ; à l’occasion d’échanges diplomatiques avec les sultans d’Égypte, plusieurs spécimens sont offerts aux souverains et princes espagnols et italiens. Ce cadeau de roi est une tradition dans le monde arabo-musulman depuis le début de l’hégire, que ce soit entre les monarchies musulmanes ou vers Byzance, l’Inde, la Chine et l’Europe. Nous nous préoccuperons de savoir comment les Arabes se procuraient cet animal rare, ne vivant que dans les lointaines savanes sub-sahariennes :

  1. par tribut imposé aux royaumes nubiens ou par cadeaux reçus de leurs souverains ;
  2. par chasse et capture ;
  3. par commerce avec la Nubie et l’Éthiopie et transport maritime ou terrestre via le port d’Aden ;
  4. par envois depuis la ménagerie du Caire vers le Maghreb, Constantinople ou l’Europe.

Sans ce « commerce » arabe et la tradition d’envois d’animaux « diplomatiques », aucune girafe n’aurait pu fouler le sol européen avant la période moderne, ce qui fut effectivement le cas entre la Renaissance et le XIXe siècle.

Nous examinons ensuite les sources textuelles et iconographiques (occidentales et arabes) permettant d’attester de la présence de la girafe à la cour des Hohenstaufen (Frédéric II en posséda une avant 1240 : son fils Manfred une en 1262), d’Espagne (Alphonse le Sage, 1261) et d’Italie (Laurent de Médicis en 1486). Pour la girafe de Frédéric II, la source principale se trouve chez Thomas de Cantimpré et Albert le Grand : ce sera l’occasion d’observer les conséquences de l’arrivée de l’animal en Europe dans les savoirs zoologiques de cette époque, alors que le Moyen Âge connaissait de l’Antiquité un animal nommé camelopardalis, « girafe » transmise (mais très approximativement décrite) par Pline, Solin et Isidore de Séville, et que les médiévaux ne sauront pas identifier à la girafe réelle (à la différence notable des auteurs byzantins). Dans les encyclopédies du XIIIe siècle, la girafe est décrite comme un animal de ménagerie, qui est exhibé pour son aspect spectaculaire et sa grande beauté.

À partir du XIIIe siècle, se forme en italien le mot giraffa, dérivé de l’arabe zarâfa (girafe), conséquence probable de l’arrivée de l’animal à la cour de Frédéric. Au XVe siècle, les érudits et humanistes de la cour de Laurent le Magnifique observent attentivement l’animal et l’identifient à celui évoqué dans les textes de l’Antiquité, parfaitement décrit par les auteurs grecs ignorés du Moyen Âge occidental (Strabon, Héliodore, Diodore) : la kamelopardalis antique est ainsi identifiée à l’animal observé à Florence au Quattrocento, qui porte un nom vernaculaire bien éloigné de son nom antique.

Tout au long de l’article, sont étudiées des images de girafes « captives », extraites de manuscrits enluminés ou de reproductions d’objets peints : ce sera l’occasion de s’interroger sur la valeur de témoignage historique de telles images et de les comparer à d’autres représentations de l’animal peint « au naturel », parfois avec  grand réalisme, indiquant un travail d’après nature.

Enfin, nous aborderons des questions symboliques : animal de roi (« Pas de girafe sans empereur », comme un chercheur — P.-L. Gatier — a pu l’écrire), cadeau diplomatique exceptionnel, attribut du pouvoir, pouvant évoquer les merveilles de l’Orient et le faste des triomphes impériaux antiques romains. La peinture italienne des XVe et XVIe siècles nous offrira quelques exemples de mise en scène de l’animal dans ce contexte.

Parution : Le guépard médiéval, ou comment reconnaître un animal sans nom

Dimanche, décembre, 2011

Jacopo Ligozzi, Archer oriental avec un guépard (détail), vers 1575, Getty Museum, 91.GG.53

Jacopo Ligozzi, Archer oriental avec un guépard (détail), vers 1575, Getty Museum, 91.GG.53

Le guépard, utilisé comme auxiliaire de chasse dans les mondes irano-persans et arabes depuis des millénaires, et à ce titre bien connu et identifié dans ces aires culturelles, est longtemps resté en Occident un animal plus incertain, demeurant encore aujourd’hui difficile à repérer dans les sources médiévales. Son nom de “guépard” apparaissant en français seulement au 17e siècle, il ne semble pas posséder auparavant de nom en propre et porte le même zoonyme que la panthère: celui de “léopard”. De même, dans les images, il est parfois difficile de différencier les deux animaux. La présente contribution tente donc de faire le point sur ces confusions en donnant quelques éléments aidant à l’identification de cet animal sans nom dans les textes et les images. L’article apporte des indications relatives au contexte littéraire ou documentaire, principalement à la fin du Moyen Âge, où le guépard faisait partie des équipages de chasse princiers, notamment en Italie, aussi noble que le faucon, recherché comme un objet de luxe et de prestige exotique.

Référence :

Buquet, Thierry. « Le guépard médiéval, ou comment reconnaître un animal sans nom ». Reinardus. Yearbook of the International Reynard Society 23 (2011): 12-47. DOI : 10.1075/rein.23.02buq

Chasser lions et panthères en Syrie au Moyen Âge

Dimanche, juin, 2011

Lions (Manāfi‘ al-ḥayawān, Perse, Maragha, fin du XIIIe s., Pierpont Morgan Library)

Lions (Manāfi‘ al-ḥayawān, Perse, Maragha, fin du XIIIe s., Pierpont Morgan Library)

La grande faune sauvage, aujourd’hui disparue en Syrie, était présente au Moyen Âge dans la région : les fauves prédateurs tels que le lion (al-asad), la panthère (al-namir ou al-nimr) et le guépard (al-fahd) étaient encore relativement nombreux et à l’occasion décimaient les troupeaux et terrorisaient les populations. Lions et panthères étaient chassés selon diverses techniques, dont nous avons plusieurs témoignages dans les mémoires d’Ibn Munqiḏ (prince syrien mort à Damas en 1188) ou dans le traité de chasse d’Ibn Manglī (1371, compilation d’ouvrages cynégétiques plus anciens).

>> Lire la suite sur les Carnets de l’Ifpo

La ménagerie du nom. Figures animales de Baybars

Vendredi, février, 2011

Tour sud-est du Crac des Chevaliers, datée de 669/1271. Photo C. Yovitchitch (Ifpo)

Tour sud-est du Crac des Chevaliers, datée de 669/1271. Photo C. Yovitchitch (Ifpo)

Le sultan Baybars (al-Malik al-Ẓāhir Rukn al-Dīn al-Ṣāliḥī al-Bunduqdārī), né vers 1233, régna comme sultan mamelouk sur l’Égypte et la Syrie de 1260 jusqu’à sa mort en 1277. Baybars était originaire du Qipchāq, au nord de la Mer noire. Dans la langue turque que l’on parlait dans cette région, Baybars signifie littéralement « prince tigre » : bay désignant le prince, bars le tigre. Cet animal est également nommé bar en mongol, bars en russe. En arabe et en persan, le tigre est désigné par babr (pl. bubūr). Bars semble apparenté au mot turc pars, la panthère. De nos jours, il existe encore de nombreuses confusions entre les grands fauves tachetés ou rayés. Peu après mon arrivée à Damas, j’achetai un cahier orné d’un magnifique tigre sur sa couverture. Le commerçant, que je questionnai sur le nom de l’animal, l’appela namr, mot désignant la panthère en arabe. Quand j’essayai de lui expliquer qu’il s’agissait plutôt d’un babr, il parut incrédule et s’obstina à le nommer namr. Au xiiie siècle, le turc bars désignait-il un tigre, une panthère ou un autre fauve tacheté ou rayé ? Difficile à dire, car il faut se méfier du lexique imprécis qui désignait les grands félins, plusieurs siècles avant l’apparition des classifications zoologiques modernes…

Lire la suite sur les Carnets de l’Ifpo

(…) Lire la suite ››

Retour de journées d’études : Les animaux exotiques dans la littérature médiévale occidentale

Dimanche, juin, 2010

Deux guépards, Musée de la cathédrale de Munster, 14e siècle (photo B. van den Abeele)

J’ai été invité la semaine dernière à parler lors de  journées d’études consacrées aux animaux exotiques, organisées par Richard Trachsler à l’université de Göttingen (Seminar für Lateinische Philologie des Mittelalters und der Neuzeit), les 16 et 17 juin 2010. Ces journées (ou Internationale Tagung)  intitulées Tiere des Ostens in der mittelalterlichen Literatur des Westens, ont réuni chercheurs allemands, suisses, belge, italien et français pour évoquer les représentations des animaux exotiques (c’est-à-dire africains et asiatiques) dans les textes et les images occidentaux. (…) Lire la suite ››

Nouvelles de printemps

Jeudi, mai, 2010

Après une année 2009 plutôt calme sur le terrain de la recherche, le printemps en cours est riche de chasses diverses sur les terres zoohistoriques. Après la girafe, qui fut mon gibier favori des années durant, j’ouvre des enquêtes nouvelles sur le guépard, le zèbre, l’éléphant — sans oublier l’autruche ou encore le caracal. Préparation de colloques, journées d’étude et rédaction d’articles occupent mes soirées et weekends. (…) Lire la suite ››